14/08/2007

le chat

2005_07_21_shrek_catLe Chat - Poèmes épars (1945-1963)

Le feu : jolis poissons rouges,
Endormait le char fermé
Si, par mégarde je bouge,
Le chat peut se transformer.
Il ne faut jamais que cesse
Le rouet des vieilles tours.
Car se changer en princesse
Est le moindre de ses tours.

Faire des poèmes la nuit
Au lieu de dormir
C'est faire la guerre à l'ennui
C'est l'amour mon point de mire
C'est le soleil de mon sommeil
Que je veux éteindre à Pamyre
Et brusquement au réveil
Je comprendrai que j'ai dormi.
Nous ne vécûmes qu'à demi
Voilà l'effrayante merveille
Que vivre nous a permis.

Immeubles votre bouche insulte le silence
Les foules perce-neige et les bustes de sel
Le bonnet phrygien au bout des fers de lance
Le système nerveux sous la peau d'un missel.

22:46 Écrit par Juliette dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.